MÀJ
Auvergne-Rhône-Alpes

A.Stella

Né⋅e en 1958

Vit et travaille à Saint-Etienne

Représenté⋅e par la Galerie Schumm Braunstein, Paris

« Le monde plastique d'A.Stella présente quelque parenté avec celui d'Hippodamos : il n'emprunte rien à la tradition ni à la nature. Si les formes organiques sont absentes, il n'y a point non plus de courbes ni de volutes semblables aux méandres des rivières ou au vallonnement des collines. Il y a des droites, parallèles ou perpendiculaires, des angles droits comme nul n'en a rencontré dans les forêts sauvages. Point de références non plus, ni de citations. […] Il semble en revanche y avoir des affinités entre les Planogrammes et le Minimal art, en particulier les sculptures de Sol LeWitt : une certaine austérité, le refus de la couleur, le recours à des formes simples, le privilège de l'orthogonalité et l'assemblage de modules parallèlépipédiques. Même dépouillement minimaliste, même ascétisme, même rigueur. Pour Sol LeWitt, l'œuvre était idée avant d'être objet. Et une fois le module conçu, les éléments de ses sculptures pouvaient être produits industriellement et assemblés, par d'autres, selon ses indications. A.Stella ne limite pas son activité à l'idée, à la conception d'une forme […]. Les projets des Planogrammes, elle ne les a pas confiés à de
es fabricants qui les auraient matérialisés avec la perfection d'objets usinés. Décrivant leur préparation, elle souligne que l'action mentale est étroitement liée à la production de l'action physique qui va transformer l'espace de la surface. Mais une fois créé le module initial, une fois mise au monde l'idée-forme, il reste à répéter mécaniquement les mêmes gestes. « L’action mentale » se sédimente en habitude manuelle. Comme d'autres se sont délibérément comportés en machines à peindre, A.Stella se fait mécanique à inciser, plier, déplier, coller, assembler. De ces gestes monotones, l'inventaire est établi, pour chaque pièce, avec exactitude. Par exemple le Plano T3, composé de 120 rails de 12 planogrammes chacun, comporte 17280 articulations qui ont demandé 5760 coups de cutter verticaux, 18000 coups de cutter horizontaux, 2880 prises de mesure et 6120 éléments à coller. La production de Plano 3 a duré 120 heures. » […]

Extrait de Les cristaux de temps, Françoise Le Roux, 2004