Céline Marin

Residency logbook
Projet de recherche autour des rituels d’hiver européens, soutenu par la Drac Paca dans le cadre de l’Aide Individuelle à la Création
September 2019
© Droits réservés

LE MONDE VA-T-IL RENAITRE CETTE FOIS ENCORE ?1

Le milieu de l’hiver était considéré par les Anciens comme une période clé dans l’écoulement du temps. Entre une nature qui meurt et le jour qui ne cesse de diminuer jusqu’à la nuit du solstice d’hiver, tout portait à croire que des puissances malignes et des démons se cachaient derrière cela. C’est par des usages magico-religieux qu’il convenait de les combattre. C’est ainsi que le milieu de l’hiver donna naissance à de nombreuses pratiques rituelles. Les jours des fêtes de l’Église se seraient superposés à ces pratiques antérieures, « les revêtant d’un manteau chrétien » jusqu’à les refouler à l’arrière-plan ou à en altérer leurs significations2

Aujourd’hui, acteurs et spectateurs évoquent le besoin de perpétuer un rite ancestral et propre à leur communauté. Pourtant, il y a eu très souvent des interruptions dans le courant du XXième siècle, les jeunes garçons en charge de ces rituels ayant désertés les campagnes. Les mascarades auxquelles on peut assister aujourd’hui sont des relances ou des réinventions. Pour certains ils s’inspirent non seulement des groupes voisins, mais aussi, grâce à internet, des masques du monde entier ou de la culture de masse occidentale (films d’Heroic Fantasy, héros, etc). Mais c’est avec vigueur que les participants locaux actuels diffusent un même discours avec conviction : « chasser l’hiver ou assurer la victoire de la vie sur la mort »3

Mes dessins naissent d’un long travail de recherches iconographiques composé de clichés amateurs et personnels, cartes postales, images découpés dans des magazines, etc, constituant ainsi depuis la sortie de l’école un véritable vocabulaire de formes personnel. Ces voyages m’ont permis de m’affranchir des pages imprimés. Le circuit en immersion que ce projet a déployé constitue à ce jour un nouvel outil pour ma pratique et inscrit mes recherches dans un dessein plus ambitieux. 

Ce fut une plongée dans l’imaginaire carnavalesque faisant référence à des mythologies anciennes et parfois réinventées, où mythes chrétiens se mêlent aux celtiques ou renvoyant selon certains à une lointaine antiquité chamanique et néolithique saupoudré de contemporanéité. 

Il a été question d’archiver directement les données de l’invraisemblable mixage (costumes, masques, déroulé des rituels, carambolages temporels, etc), de rencontrer les diverses institutions culturelles, puis de collecter les témoignages des habitants acteurs ou spectateurs de ces rites en les accompagnant à travers les rues des villages en observateurs discrets. 

Transformer les données en images donne au propos une structure narrative immédiatement perceptible. Ainsi, je poursuivrai mon plaisir à jouer de l’insolite en dessinant ces rencontres magico-religieuse dans un monde ou l’impossible existe vraiment.

1 Michel Agier, anthropologue
2 Le livre des masques, Collections du musée international du carnaval et du masque (Binche) de Michel Revelard et Guergana Kostadinova, ed. La renaissance du livre. 
3 Le monde à l’envers, ed. Flammarion Mucem

LE PARCOURS

BELGIQUE 
Prise de contact / rendez-vous : Musée international du carnaval et du masque, Binche, Clémence Mathieu et Guiseppe di Stazio. 


ESPAGNE 
7 janvier / Silio, Espagne / La Vijanera / Expulser les mauvais esprits de la ville.

/
/

SUISSE 
13 janvier / Urnäsch, Suisse / Schöne klause, silvesterchlausen / Fête de la nouvelle année. Les participants passent de ferme en ferme pour apporter leurs vœux aux familles pour que leur année soit prospère. Ils chantent le Yodel pour éloigner les mauvais esprits.

/
/

ITALIE
9 février / Allein, Vallée d’Aoste, Italie / La coumba freida / Il s’agit de chasser les courants d’air néfastes à l’aide de fouets en queue de mulets. 

/
/

FRANCE 
24 février / Prats-de-Mollo la Preste, France / La fête de l’ours / Le 2 février marque la fin du solstice d’hiver et le retour du printemps. Selon les croyances populaires, c’est ce jour que l’ours dans les Pyrénées sort de son hibernation. Les regards sont alors tous tournés vers le ciel puisque la météo va déterminer l’attitude de l’ours et par cela des récoltes à venir.

/

BELGIQUE 
5 mars / Binche, Belgique / Le carnaval des Gilles / Symboliquement, les sociétés carnavalesques dansent dans les rues de la ville pour chasser l’hiver. On rit, on chante et on danse en martelant le sol des pieds pour réveiller la terre endormie en songeant déjà aux beaux jours qui tendent les bras.

/
/