Œuvres dans l'espace public
Jan Kopp

Les yeux de la Sueille

Commande publique, 2020
Hameau de La Coste, Saint-Mélany

"Nouvelle œuvre du Sentier des lauzes, Les yeux de la Sueille sont un peu plus de 200 petits miroirs ronds placés par incrustation dans des rochers, grandes pierres, troncs d'arbres morts, murs en pierre sèche, à proximité de la rivière. Posés en constellations ou de manière isolée, ils sont autant d'yeux qui nous regardent nous, êtres humains. Le marcheur qui suit le Sentier des lauzes n'en découvrira jamais l'intégralité. Les petits points peuvent se trouver tout près de lui, intégrés aux éléments qui composent et encadrent le sentier, mais ils peuvent aussi apparaître au lointain, renvoyant par moment des éclats lumineux quand des rayons de soleil s'y reflètent. À l'endroit où le sentier traverse la rivière de la Sueille, ces petits points apparaissent en plus grand nombre, créant ici et là des ensembles concentrés et scintillants et reproduisant une mosaïque fragmentée du paysage qui leur fait face. Ils "pointent" d'une manière discrète des formes naturelles ou construites par l'homme qui composent cet endroit dont émane une aura singulière, dont la magie se trouve renforcée par l'intervention de l'artiste. Ils font se rejoindre le ciel et la terre et, en capturant notre reflet, nous révèle partie intégrante de la nature.
Un chantier artistique collaboratif
Les yeux de la Sueille sont le fruit d'une longue immersion de plus de deux ans de Jan Kopp dans les paysages de la Vallée de la Drobie. Au démarrage de cette résidence au long cours, Jan Kopp a élaboré une installation au Musée des Vans à partir des objets conservés en réserve, et riches des récits qu'ils véhiculent (exposition "Géologies" en 2019). L'œuvre est intégrée en 2020 à la collection permanente du musée.
C'est ensuite, après de nombreux échanges avec les membres actifs de l'association, qu'il a conçu Les yeux de la Sueille. L'installation sur site s'est faite de la même manière : dans une collaboration étroite et enthousiaste. C'est ainsi que le processus de création a évolué sans cesse, générant des envies au fil du temps. Partie intégrante de l'œuvre, des éléments en pierre sèche ont été réalisés et assemblés sur place lors d'un bivouac d'une semaine avec l'association ELIPS, Écoles Locale Itinérante de la Pierre Sèche. Pensés pour l'usage des marcheurs, ils font écho aux magnifiques exemples du patrimoine bâti situés à proximité du gué : levade, moulin et béalière." Association du Sentier des Lauzes