Provence-Alpes-Côte-d'Azur

Jean-Louis Delbès

Né⋅e en 1954, décédé⋅e en 2004

Mes idées opèrent par réseaux, par flux, comme machine de visions, d'une vision d'espace indéterminés et contradictoire.
La question n'est pas de savoir quoi peindre, mais comment.
Il s'agit d'expérimenter un rapport conflictuel et éloquent avec la surface, d'exiger un détraquement du temps, d'évacuer les dimensions usuelles, de dilater les perceptions.
Dans ce «hors nous» je prends le risque de l'obscurité. Ce qui est la cause, la genèse, se situe en dehors du tableau, en dehors du cadre.
Ici la lumière est sans source, de sorte qu'elle fait accepter des solides en cours de disparition. La lumière éclaire sans expliquer, cette altération d'origine accélère la friction des antagonismes.
Une distance sépare toujours l'initial de l'idée et son résultat.
Cette interprétation rend ainsi autonome le crédit que l'on a pour parler de la conscience d'une réalité ou de sa propre faillite.
Mes intentions ne sont que des intermédiaires, comme pour donner une chance à autre chose d'apparaître.
Suciter le décentrement, la prolifération, le débordement.

Jean-Louis Delbès, juin 2000