Auvergne-Rhône-Alpes

Arièle Bonzon

Né⋅e en 1955

Vit et travaille à Lyon

Représenté⋅e par Galerie Le Réverbère, Lyon

amers 1 { objets fixes et visibles servant de points de repère sur une côte }
"C'est un compagnonnage photographique plus que jamais au centre du courant qui me porte. D'une rive à l'autre, pauses dans le temps ou variations sur le motif, c'est un seul flux. La photographie y est toujours en question. Cadre, deux dimensions, statut de preuve, mémoire d'enregistrement, son lien à l'inconscient... À l'origine, la découpe du réel et le hors-cadre des Travaux de papier (1985/88) précèdent Archéologie(1990), série d'objets photographiques mis en scène. Les spécificités du médium me nourrissent, question de temps et d'espace. Poésie d'une photographie en retable des jours, c'est Equinoxe d'automne (1995), sa face d'écriture, Outreloin bleu (1999), pour lire entre ses lignes la vibration des vides. Sont mis en évidence les liens de la photographie avec la matière qui la fait être, parce que je considère l'image photographique comme œuvre de l'esprit, attachée au réel qu'elle représente, mais je la comprends également dans sa matérialité, dont elle surgit, avec laquelle elle se confond. La magie photographique opère pour moi à divers états d'apparition de l'image. J'y vois une texture pour la pensée. Lumière dans Le Jeu de la vie (2003/04), instantanés polaroid sur fleurs coupées. C'est le temps de l'attente, inéluctable jusque dans la beauté flétrie des enterrements. Avec Passer. Désert aller retour, je m'en suis remise au monde. Impressions photographiques de voyage, un passage dans le paysage, celui du désert comme lieu physique, et métaphore de la vie. Vitesse et fixité au même point." (...)
Arièle Bonzon, mai 2007

amers 2 { objets plus ou moins fixes et souvent peu visibles servant malgré tout de points de repère, faute de mieux, lorsque la côte n'est plus en vue }
"1, 2, 3, familier... L'histoire ne se répète pas. Je me suis embarquée avec Familier, dans une "affaire" de collection, une communauté intime où jouer connu inconnu à pile ou face, avec l'envie de conjuguer le verbe photographier à tous les temps. Quatre périodes entre 2007 et 2010 ont permis de mettre en œuvre cet ensemble, dispositif à géométrie variable, d'environ 150 photographies. La relation au dispositif m'a permis de gagner en liberté et de laisser filer le monde. Tout en observant ce qui est essentiellement fascinant dans l'acte de retenir que pose la photographie. À partir de cette observation, j'ai pu noter que l'enregistrement du réel, au lieu de certifier ce que nous voyons, nous place souvent face à nos doutes. Ainsi est né Incertitudes (2013), où chaque proposition photographique interroge le regard. Entre deux questions, il me semble toujours nécessaire de regarder au loin. Les fenêtres du lieu où je vis doivent toujours pouvoir satisfaire à ce repos de l'œil. C'est en reposant mes yeux que j'ai collecté ces instants d'espaces où tout devient clair, où le temps s'allie à la distance et à la lumière, que Vues d'ici a finalement pris forme, Lyon de près et de loin. Avec la série en cours Intérieur(2015-2016), j'hésite à parler du présent au passé. Intérieur ouvre les yeux sur l'énigme du temps et met un pied dans la porte. La chambre obscure est ouverte devant nous. C'est un laps et puis plus rien.
Tout a disparu."

Arièle Bonzon, mai 2016